Retour à Articles, Conseils & Soutien

Ce que vous pensez (de l'incontinence) compte

J'AIME (0)

Écrit par Marilyn Suttle
Les mots ont du poids. Remarquez ce que vous vous dites à propos de l'incontinence. Vous dites-vous des choses qui vous gardent actif et heureux? Ce genre de pensées vous aidera à vous adapter à l'incontinence et à voir la vie positivement. Ce n'est pas parce que vous le pensez que c'est vrai. Luttez contre les pensées qui vous laissent un sentiment désagréable. Quand j'accompagne des gens, je les aide à apporter des changements subtils à la manière dont ils se parlent afin qu'ils arrivent à mieux composer avec les difficultés de la vie. En matière d'incontinence, voici trois pensées qui peuvent surgir dans l'esprit des gens : « Je ne peux pas partir en escapade routière, parce que j'ai peur de ne pas trouver de salle de bain quand j'en aurai besoin. » « Je ne peux pas parler d'incontinence à mon médecin/ma famille/mes amis parce que je crains leur réaction. » « Je ne peux pas aller à la salle d'entraînement parce que j'ai peur d'avoir des fuites qui mouilleront mes vêtements. » Remarquez comment vous vous sentez quand vous dites « Je ne peux pas » et « J'ai peur ». Vous ressentez peut-être une perte de contrôle quand vous utilisez les mots « Je ne peux pas ». Il est utile de se demander : « Est-ce vrai que je ne peux pas? ». Pour remplacer ces mots par une pensée plus positive, dites « Je choisis de ne pas » au lieu de « Je ne peux pas ». C'est un petit changement qui aura un résultat concluant. Vous reprendrez ainsi le contrôle et éliminerez le sentiment d'impuissance. Quand vous dites : « Je choisis de ne pas faire une escapade routière... dire à mon médecin... aller à la salle d'entraînement... », vous restez ouvert à la possibilité de le faire. Une autre phrase qui fait trébucher les gens est : « J'ai peur ». Tout ce qui suit les mots « Je suis » ou « J'ai » est comme un ordre à votre subconscient. Quand vous dites : « J'ai peur », vous renforcez la peur. Ce dont vous avez peur ne se passe probablement pas à l'instant même. C'est arrivé dans le passé ou vous vous imaginez que cela se produira plus tard. Pour maîtriser votre peur, utilisez des mots qui la décrivent. Quand vous vous surprenez à vous dire : « J'ai peur de ne pas trouver de salle de bain quand j'en aurai besoin », changez pour : « J'imagine que je ne trouverai pas de salle de bain quand j'en aurai besoin ». Votre cerveau sera alors en mode débrouillardise. Vous vous demandez peut-être ce que vous pouvez faire pour arrêter de vous faire peur. Peut-être pouvez-vous vous procurer une application pour votre téléphone, comme Have2P, qui vous indique où sont les toilettes publiques sur votre chemin, ou demander à vos amis d'arrêter toutes les 30 minutes pour que chacun s'étire, marche et utilise les toilettes. Quand vous vous dites : « J'imagine que j'aurai des fuites qui mouilleront mes vêtements », cela crée la possibilité de nouvelles pensées, comme : « Peut-être que je n'aurai pas de fuites, et même si j'en ai, je peux apporter un pantalon de rechange ». « Je ne peux pas parce que j'ai peur » vous met au pied du mur. Un petit changement dans la manière dont vous vous parlez peut vous libérer des limites que vous vous imposez. Et vous? Que vous dites-vous sur l'incontinence qui vous aide à rester actif et à profiter de tout ce que la vie a à offrir?
L'auteure à succès Marilyn Suttle est une experte en développement personnel et une accompagnatrice de réussite dont la spécialité est d'aider les gens à modifier légèrement leurs pensées, leurs convictions et leurs comportements pour une vie plus heureuse et plus productive. Visitez-la sur Facebook au facebook.com/SuttleShift

More Articles, Conseils & Soutien articles:
Précédent
what to wear over your diaper
Suivant
Worried someone can tell I am wearing the Depends Underwear
More articles:
Précédent
what to wear over your diaper
Suivant
Worried someone can tell I am wearing the Depends Underwear